Tarif prosommateur en Région wallonne : quelles perspectives pour 2020 ?

Tarif prosommateur

À partir de l’année prochaine, tous les possesseurs de générateurs photovoltaïques devront payer un tarif prosommateur. Une telle décision a été prise suite à l’initiative du ministre wallon de l’Énergie, Jean-Luc Crucke. Ce changement va sans doute influer sur le comportement des ménages belges désirant investir dans des panneaux solaires pour payer une plus petite facture d’électricité.

Tarif prosommateur en Région wallonne : un rappel s’impose

Si vous ne savez pas ce que c’est, il s’agit tout simplement d’une redevance forfaitaire qui s’effectue tous les ans. Elle est versée aux GRD ou Gestionnaires de Réseau de Distribution.

On a l’habitude de la considérer comme une taxe alors que c’est loin d’être le cas. C’est mieux de la voir comme une contribution en échange de l’énergie que l’on prélève sur le réseau. Donc, elle est principalement payée par les prosumers. En d’autres termes, ce sont les particuliers wallons qui produisent et consomment en même temps de l’électricité.

Ce système a déjà été établi en Flandre il y a 3 ans de cela. Ce sera le tour de la Wallonie à partir du 1er janvier 2020.

Comment se déroulera l’application de cette redevance ?

C’est la Commission wallonne pour l’Énergie ou CWaPe qui s’occupe de la méthodologie tarifaire à compter de l’année 2019 jusqu’à 2023. Jean-Luc Crucke aurait souhaité que tout le monde ne soit pas affecté par l’instauration du tarif prosommateur. En effet, le ministre régional voulait que les panneaux photovoltaïques mis en place avant le 1er juillet 2019 soient exonérés. Toutefois, ce texte ne fut pas voté avril dernier.

Afin de compenser cela, un amendement pourrait faire la joie de quelques prosumers. Selon celui-ci, les ménages qui possèdent des panneaux solaires de moins 10 KW n’auront pas à contribuer au tarif pendant une dizaine d’années.

Jusqu’ici, 2 types de contribution sont prévus pour les prosumers en Wallonie :

  • Sur base capacitaire. Le montant se calculera en prenant comme base la puissance électrique des panneaux. De manière concrète, cela s’exprimera en euros par KWe (kilowatt électrique). Il s’agit de la même méthode qui a été utilisée en Flandre.
  • Proportionnelle. Son calcul se basera sur la quantité d’électricité que le prosumer a prélevé au niveau du réseau. L’unité s’exprime donc en euros par KWh. Si vous optez pour cette voie, la CWaPE vous offre une garantie qui s’étend jusqu’en 2023. Bien entendu, cela implique que vous devez augmenter votre niveau d’autoconsommation.

Sachez que vous aurez besoin d’un compteur réseau afin de calculer le tarif proportionnel. Grâce à cet appareil, il est possible de mesurer d’une part le prélèvement et d’une autre l’injection. À titre d’information, il coûte actuellement 150 euros, sans les taxes.

Important : si vous n’arrivez pas à vous décider, le choix par défaut sera la redevance capacitaire. Aussi, si vous possédez un compteur smart ou intelligent, vous ne pourrez pas opter pour ce type de contribution.

Combien devrait-on payer en Région wallonne ?

Une chose est sûre : le tarif prosommateur à payer ne sera pas le même chez tous les GRD et peut varier au fil des années. Par exemple pour le cas de celui est capacitaire, il faudra verser 66,87 €/KWe chez AIEG en 2020. Tandis qu’avec ORES VERVIERS, il est mieux de prévoir environ 97,08 €/KWe en 2023. Ces informations ont pour source la CWaPE.

Bon à savoir : les contributions à faire dans le cadre d’un tarif proportionnel sont bien différentes. Il est conseillé d’utiliser l’outil proposé par la CWape afin d’en avoir une bonne estimation.

Quelle forme de redevances devrait-on choisir à partir de 2020 ?

Cette décision ne se fera pas au hasard. Les prosumers wallons vont devoir faire des calculs afin de bien déterminer l’électricité qu’ils consomment et produisent. En plus de cela, ils devront aussi prendre en compte leur niveau d’autoconsommation.

Si l’on veut opter pour un tarif proportionnel, il est important de savoir comment autoconsommer plus par rapport à avant. Pour ce faire, les propriétaires wallons de générateurs photovoltaïques devraient adopter les 3 comportements suivants :

  • Faire en sorte que les appareils dans le foyer s’alimentent au moment où les panneaux sont exposés au soleil.
  • Utiliser plus d’énergie qu’ils ne produisent au moment où ils génèrent de l’électricité photovoltaïque.
  • Acheter une batterie domestique afin d’assurer le stockage de l’électricité produite durant la journée.

L’application du tarif prosumer peut faire hésiter les ménages wallons vis-à-vis de l’achat de panneaux solaires. Il faut tout de même garder en esprit qu’ils restent très rentables en Wallonie. De plus, leur prix n’a pas arrêté de chuter au cours des 10 dernières années.

Posté le 26 août 2019 dans Actualités