Les réponses à vos questions sur l’énergie photovoltaïque

L’utilisation de l’énergie photovoltaïque profite à la fois à l’humain et à l’environnement. Étant une énergie renouvelable, elle présente plusieurs avantages qui sont parfois inconnus. De plus, nombreuses autres informations sont à tenir en compte pour cerner le concept. En cas de doute concernant l’installation de ce dispositif, voici les réponses à vos questions.

  • À la découverte de la photovoltaïque

Bien souvent, les termes utilisés pour parler des apports de l’énergie solaire photovoltaïque sont compliqués et nouveaux. Dans cette FAQ, il est question d’éclaircir les expressions utiles pour comprendre ce type d’énergie. Les avantages de ce type d’énergie y sont également exposés. De même, les calculs qui suscitent la curiosité sont effectués dans cette rubrique, de manière à vous aider à y voir plus clair. Des évaluations simples de la rentabilité de l’utilisation de la photovoltaïque aux estimations de revenus et de dépenses, aucune question ne va rester sans réponse.

  • Les questions d’ordre pratique

Quand les informations sur la base de l’énergie solaire photovoltaïque sont acquises, il vient ensuite les doutes d’ordre pratique : Comment procéder à l’installation ? Que faire pour les intempéries ? Comment anticiper les imprévus ? Etc. Le but étant de satisfaire votre curiosité, la FAQ permet de retrouver la réponse à toutes ces questions dans les moindres détails, afin de vous rassurer et vous permettre de déclencher l’installation de vos propres panneaux photovoltaïques.

Comment l’énergie solaire photovoltaïque agit-elle sur l’environnement ?

L’utilisation de l’énergie solaire photovoltaïque a des impacts considérables sur l’environnement, notamment concernant le climat, la géologie, le sol, les eaux, la faune et la flore, les bruits, mais aussi le paysage. Cette énergie permet de limiter l’émission de gaz à effet de serre puisqu’elle ne nécessite aucune combustion.

En ce qui concerne le matériel, les cellules photovoltaïques proviennent du sable, par une particule appelée silicium. L’empreinte écologique laissée par son extraction est nulle, car le sable est une matière abondante dans la nature et son exploitation ne donne lieu à aucune dégradation liée à la topographie ou à la structure du sol. De plus, comme cette extraction n’implique l’utilisation d’aucun agent polluant, que sa fabrication consiste en une manœuvre zéro déchet et que la terre ne subit aucun retournement, le sol garde sa structure physico-chimique et reste, de cette manière, à l’abri de l’érosion. Comme le sol est préservé, les eaux le sont également, qu’elles soient souterraines ou superficielles, car elles ne risquent pas d’être polluées. Si l’énergie solaire photovoltaïque préserve à la fois le sol et les eaux, il est clair qu’elle protège tout autant la végétation qui en dépend.

En outre, l’absence de poteaux électriques dans le paysage écarte la nuisance pour les oiseaux. Quant au confort des sens, l’altération du paysage causée par les différentes installations électriques disparaît dans la mesure où les panneaux photovoltaïques fondent facilement dans l’environnement où ils sont posés. Les oreilles peuvent également se reposer, car ce système est parfaitement silencieux, pas un seul ronronnement !

Quels sont les critères du toit idéal pour une installation photovoltaïque ?

La détermination de la pertinence d’une installation photovoltaïque sur un toit repose sur 5 critères décisifs :

  • la localisation du bâtiment,
  • l’orientation du toit,
  • la pente qu’elle dessine,
  •  les propriétés de la toiture et,
  •  l’envergure des travaux à effectuer pour l’installation du système.

Ainsi, afin de maximiser la rentabilité d’une installation photovoltaïque, il faut que l’orientation du toit soit plein sud et que sa pente fasse 30°. En outre, l’environnement autour du toit doit être dégagé : sans ombrage trop épais provoqué par de grands arbres ou des bâtiments voisins imposants, faute de quoi le rendement énergétique va diminuer.

Dans le cas où le toit ne correspond pas absolument à ces critères, ce n’est pas toujours très grave. Le rendement va forcément diminuer, mais à un certain degré, cela n’est pas fatal. Par exemple, une orientation tendant vers le sud-est ou le sud-ouest permet toujours une bonne capture d’énergie ; et si le toit est incliné à 25° ou à 60°, la perte énergétique est encore passable. Dans le cas où l’écart de rendement commence à se faire remarquer, il est indispensable de demander l’avis d’un professionnel, afin d’établir un devis des travaux qui doivent être entrepris pour l’optimisation du résultat.

En général, cela est gratuit et pour ce faire, les informations à relever sont l’orientation du toit, son inclinaison, ses dimensions, ainsi que les détails concernant les propriétés de la toiture, de la charpente, etc. Il est possible que – pour optimiser le rendement – l’abattage des arbres trop encombrant soit obligatoire. L’on peut également renforcer la structure de soutien de l’installation en fonction de l’état du toit si cela pose problème.

Combien faut-il prévoir pour faire installer des panneaux solaires photovoltaïques de 3 kWc ?

Le coût de l’installation de panneaux solaires photovoltaïques de 3 kWc est compris entre 9000 euros et 12000 euros. Généralement, 3kWc est la puissance d’entrée pour bénéficier de l’énergie solaire photovoltaïque. Par conséquent, cette puissance peut être augmentée à la guise du propriétaire. Il est important de noter que le prix du watt-crête décroit au fur et à mesure que la puissance augmente.

Dans le calcul du coût de l’installation, il faut inclure le prix du matériel et la tarification de la pose du système, mais également le montant correspondant au branchement au réseau électrique. De ce fait, pouvoir faire une estimation juste, il faut connaître le nombre de panneaux solaires à utiliser, le coût des matériaux utilisés, celui de l’installation et du raccordement dont le coût peut atteindre jusqu’à 4000 euros/kWh, ainsi que celui du remplacement d’onduleur. Une petite parenthèse, le changement de l’onduleur doit être opéré tous les 10 ans, et cela coûte entre 1000 euros et 2000 euros. Cette action est nécessaire, car la longévité de ce boîtier est plus courte que celle du panneau solaire. À défaut de remplacement, l’onduleur doit au moins faire l’objet de réparation et de vérification régulières, afin d’éviter toute panne ou d’écarter tout danger lier à la vétusté du dispositif.

Pour en revenir au coût d’installation de vos panneaux, vous devez également prendre en compte le prix d’accès au réseau public (facturé par le gestionnaire du réseau à hauteur de 60 euros par an).
Bon plan : vous pourrez réaliser une économie d’environ 10% si l’installation est posée au sol.

La pose d’une installation photovoltaïque requiert-elle un permis de construire ?

Négatif. Nul besoin de posséder un permis de construire pour un projet d’installation de panneaux photovoltaïques. Le fait d’informer les autorités locales de ce projet est la seule manœuvre administrative qu’il faut entreprendre avant de commencer les travaux. Pour le cas d’une maison déjà existante, il suffit de déclarer les travaux à la mairie.

Par opposition, si le projet d’installation de panneaux solaires est planifié avant la construction du bâtiment, il est impératif d’intégrer la description de ce projet dans la demande du permis de construire pour l’immobilier à bâtir. Cela est également valable dans le cas où un chauffe-eau solaire doit être installé en même temps.

Généralement, ce type de projet est validé dans la mesure où il respecte le Plan Local d’Urbanisme. Si la maison est implantée dans un lotissement, il est préférable de se renseigner préalablement sur les standards et les restrictions existantes quant au fait de modifier le bâtiment. Ces règles concernent habituellement la forme ou la couleur de la maison, mais il est important de savoir si la modification du toit de la maison est approuvée par le lotisseur. De la même manière, en cas de copropriété, il est impératif de s’acquérir de l’avis du voisinage pour une installation de panneaux solaires dans les zones communes ou de consulter le contrat de copropriété et de s’assurer de ne transgresser aucune règle. Attention toutefois ! Si la maison est située à proximité de sites ou de bâtiments historiques ou protégés, l’avis des Architectes des bâtiments de France est à tenir en compte, car si cette organisation porte opposition à ce projet, il doit être arrêté.

En photovoltaïque, quelle est la signification de Wc, W et Wh ?

Wc ou Watt-crête est une unité exprimant la puissance d’une centrale photovoltaïque. En général, l’utilisation de kWc est plus courante, cela correspond à 1000 Wc. Il s’agit de la puissance crête, elle représente la puissance maximale électrique produite par une installation photovoltaïque sous une exposition solaire standard sous 25°C équivalant 1000 W au mètre carré. Le terme anglais pour désigner cette unité est Watt-peak, ainsi il est possible qu’elle soit exprimée par Wp au lieu de Wc.

Le W ou Watt exprime la puissance électrique de production de l’installation solaire. Cette puissance est couramment exprimée par kW ou kilowatt, ce qui, à titre de rappel, est égal à 1000 Watts. Cette unité est dite autrement quand il s’agit de mesurer l’énergie solaire électrique engrangée dans le système photovoltaïque, c’est-à-dire la puissance électrique de l’installation quand elle est consommée. Pour mesurer cette consommation, l’on utilise alors le Wh ou Wattheure, car il consiste en l’expression de la puissance utilisée par le ménage pendant une heure.

Il est plus facile d’adopter l’utilisation du kWh ou kilowattheure pour exprimer la consommation des habitants en temps réel, 1 kWh correspondant à 1000 Wh. Pour illustrer cela, prenons 10 m² de panneaux photovoltaïques dans une installation. La puissance apportée est de 1 kWc et, dépendamment de l’emplacement du système, l’énergie exploitée est comprise entre 900 kWh et 1200 kWh. A préciser que le rendement d’une installation photovoltaïque peut décroitre en fonction de l’inclinaison du toit et de son orientation, l’idéal étant respectivement 30° et plein Sud. Par ailleurs, au-delà de 25°C, le système perd 0,4 % de son rendement pour chaque degré en dessus.

Combien de temps une installation de modules solaires photovoltaïques dure-t-elle ?

Installer des panneaux solaires photovoltaïques sur le toit d’une maison prend entre 2 et 3 jours, pour un système dont la puissance est de 3kWc. La durée énoncée correspond uniquement aux travaux liés à la pose des modules photovoltaïques. Si l’on inclut les procédures administratives dans le comptage du temps imparti pour la réalisation de cette installation, il faut se préparer à une durée allant jusqu’à 4 mois.

Le processus commence par la déposition d’une demande de devis auprès des artisans-installateurs spécialisés en installation solaire. Une fois le devis validé et signé, il ne reste plus qu’à attendre la venue des ouvriers. Ce délai peut toutefois être raccourci grâce à des mesures facilitant l’accès à l’énergie solaire photovoltaïque.

Le déroulement de l’installation comprenant tout de même 3 phases peut, par ailleurs, demander de la patience, car il faut encore que le système soit raccordé à EDF après que les modules photovoltaïques soient dûment posés. Étant donné que la loi prévoit aujourd’hui une réglementation concernant la revente de l’énergie solaire photovoltaïque, une demande de contrat d’achat peut être soumise à l’EDF une fois l’installation achevée et raccordée au réseau public. De cette manière, le bénéficiaire de l’installation peut monétiser le surplus d’énergie qu’il n’aura pas consommé. Cela permet d’obtenir une source de revenus supplémentaires, histoire d’arrondir les fins de mois. En sus, cela permet également de faire profiter son voisinage d’une source énergie écologique ne produisant pas de gaz à effet de serre.

En 2019, l’installation de modules photovoltaïques implique-t-elle le paiement d’impôts sur le revenu ?

La réponse dépend de plusieurs paramètres. Les revenus obtenus par une installation de modules solaires photovoltaïques dont la puissance ne dépasse pas les 3 kWc et dont le propriétaire est un particulier ne sont pas sujet à des impôts en 2019. L’autre condition primordiale à remplir afin de bénéficier de cette exonération est de ne posséder que deux points de raccordement au réseau public. Non seulement l’exonération touche les impôts sur le revenu, mais elle épargne également les prélèvements sociaux, le CGS et le CRDS. Malgré cela, il est tout de même obligatoire de déclarer le revenu obtenu à partir d’un système de panneaux photovoltaïques. Quand la règlementation prévoit des raccords au nombre maximal de deux, l’exonération d’impôt est valable si le propriétaire possède deux installations photovoltaïques dont la puissance crête de chacune des deux ne dépasse pas les 3 kWc.

Afin de bénéficier de toute cette liberté, l’installation de système photovoltaïque ne doit pas servir à titre professionnel.
Par ailleurs, une exonération sur la taxe foncière est appliquée sur les bâtiments ou les zones où le système de production d’énergie solaire photovoltaïque a été installé. Pour les installations avec une puissance dépassant les 3 kWc, voici le régime fiscal correspondant : la distribution d’énergie peut porter le régime micro-entreprise ; si le chiffre d’affaires annuel reste inférieur à 80.000 euros, les revenus générés par l’installation solaire sont désignés en tant que revenus industriels et commerciaux non professionnels. La déclaration des revenus va avoir pour objet le total vendu et de cette manière, le propriétaire bénéficie de 71 % d’abattement de droit commun.